[]
endognosis

L’horizontal et le vertical comme structuration de l’existence

lundi 11 janvier 2016, par Pascal Dupond

Ludwig Binswanger a écrit, au début des années 30, deux textes importants sur l’espace. Le premier, de 1930, s’intitule « Le rêve et l’existence » . Le second, intitulé « Le Problème de l’espace en psychopathologie » est de 1932.
Dans l’article de 1932, Binswanger distingue deux formes fondamentales de l’espace, « l’espace du monde naturel » et « l’espace thymique » .
L’espace du monde naturel se distribue en plusieurs figures qui sont appelées l’espace orienté, l’espace géométrique et l’espace physique ; l’espace orienté, qui est un espace vital et d’activité finalisée, unit moi et monde dans une « unité de structure fonctionnelle » dans laquelle le corps propre, le moi corporel, est l’ici absolu, et son monde un système de positions, de directions et de mouvements orientés sur ce ici .
Dans l’espace thymique l’unité du moi et du monde se présente comme une unité dialectique : « je et monde forment toujours une unité dialectique dans laquelle ce n’est pas l’un des pôles qui confère son sens à l’autre, le sens découle davantage de la contrariété des deux pôles » ; et c’est à Hegel, quelle que soit l’importance de Heidegger pour la pensée de l’espace, que Binswanger emprunte la formulation de cette unité : « l’individualité est ce qu’est le monde en tant que son monde » .


Documents en téléchargement

 



| endognosis éditions numériques |

SPIP